Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Point de vue -
L'exposition au château des ducs de Bretagne et la notion d'étrangers à Nantes. Une analyse scientifique
Monsieur Yves-François Le Coadic, professeur honoraire du Conservatoire National des Arts et Métiers, a accepté que soit publié sur Agence Bretagne Presse son compte-rendu de visite de l'exposition qui se tient à Nantes au château des ducs de Bretagne
Maryvonne Cadiou pour ABP le 24/10/11 22:00


Monsieur Yves-François Le Coadic a accepté que soit publié sur Agence Bretagne Presse son compte-rendu de visite de l'exposition qui se tient à Nantes au château des ducs de Bretagne jusqu'au 6 novembre.

ABP a déjà exposé des points de vue sur cette exposition et s'était fait ainsi l'écho de quelques mécontentements argumentés : ( voir l'article ) du 26 juillet avec de nombreux commentaires puis ( voir l'article ), de Bretagne Réunie, une lettre ouverte au président de Nantes Culture et Patrimoine.


Monsieur Le Coadic est professeur honoraire du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), il a été responsable du programme REMUS d'aide à la recherche en muséologie des sciences et des techniques et directeur de l'École d'été du même nom au ministère de l'Éducation nationale et de la Culture. Il est actuellement secrétaire de la section Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS) : (voir le site)

Autant dire, ajoute ABP, une fine analyse de connaisseur de la science muséale doublée de celle d'un historien partisan de la réunification de la Bretagne...


Voici son titre et son texte :

La science historique “ligérienne” au Musée d'Histoire de Nantes. À propos de l'exposition “Nantais venus d'ailleurs”

Qu'est-ce qu'un étranger ?

La question posée en neuf langues (1) dès l'entrée de l'exposition organisée par le Musée d'Histoire de la Ville de Nantes sur le thème « Nantais venus d'ailleurs » est d'un grand intérêt. Car, elle porte sur la condition humaine de millions d'êtres humains, heureux de l'être parfois mais souvent malheureux. Appliquée à Nantes, elle témoigne de l'intérêt que portent la ville et son musée à son histoire et à l'histoire de sa région. L'exposition s'ouvre alors par une grande photographie représentant deux enfants, un petit garçon noir portant semble-t-il un gilet breton brodé et une petite fille blanche portant elle une coiffe bigoudène, le fameux pain de sucre, symbole fort dans l'imagerie d'Épinal, ne l'oublions pas, d'une Bretagne et d'une femme bretonne arriérées.

L'étranger, stricto sensu, c'est celui (celle) qui vient d'un autre pays, qui est d'une autre nation. Être étranger en France signifie ne pas avoir la nationalité française. En ce sens, aujourd'hui, le Parisien, l'Alsacien, le Basque, le Corse, le Catalan, l'Angevin, le Tourangeau, le Poitevin, le Picard, l'Auvergnat, le Bourguignon et a fortiori le Breton, qui s'établissent à Nantes, capitale historique de la Bretagne, ne sont pas des étrangers.

L'étranger, c'est aussi celui (celle) qui parle une autre langue, dite de ce fait étrangère, que le français parlé à Nantes. Exception faite du Canadien québécois, du Belge wallon, du Suisse romand, du Maghrébin et de l'Africain, tous francophones qui, malgré leur usage prédominant de la langue française, sont des étrangers puisque venant de pays souverains.

Que faire alors du Breton qui parle breton, du Corse qui parle corse, de l'Alsacien qui parle alsacien, du Basque qui parle basque, du Catalan qui parle catalan ? Ce seront des étrangers aux yeux des concepteurs de cette exposition ! Bel exemple de xénophobie et première « erreur » magistrale de l'exposition.

Le Breton est un étranger à Nantes et dans sa région

Les concepteurs affichent ouvertement dès l'abord que le Breton parlant breton est un étranger, en choisissant, de façon erronée ou provocatrice, de mettre en tête des neuf personnages qui sont la trame de l'exposition, un homme de Quimperlé (2), Louis Kervarec. Suivent un Italien, un Russe blanc, une Polonaise, un Algérien kabyle, une Portugaise, une Turque, un Vietnamien et un Libérien.

– Soit, c'est une erreur scientifique car logiquement ils n'auraient pas dû introduire cette personne puisqu'elle est de nationalité française. Ce qui pose la question de la compétence scientifique, historique et sociologique et de l'expérience muséologique de la commissaire de l'exposition comme celle de la caution universitaire retenue par la responsable du projet, la conservatrice du Musée d'Histoire de Nantes.

– Soit, c'est une provocation délibérée. Les concepteurs ne l'ont-ils pas fait pour servir les intérêts de la caste socialiste « ligérienne » actuellement au pouvoir au niveau municipal (Nantes), départemental (Loire-Atlantique) et régional (Pays de la Loire (PDL) ou « Ligérie ») ? Cette caste s'évertue actuellement, on le sait, à séparer Nantes, le pays nantais, la Loire-Atlantique de la Bretagne pour garder sa région administrative artificielle des PDL. Elle s'acharne à détruire son histoire passée bretonne en la débretonnisant (3) et à lui construire de toutes pièces et à coups de millions d'euros une histoire alors qu'elle n'a aucune réalité historique. Ou alors une réalité glauque puisant dans le pétainisme (4).

Une erreur muséologique

La deuxième erreur est d'ordre muséologique. La construction du parcours muséologique, au demeurant fort intéressante, reprend pour les huit (8) vrais étrangers, les différentes étapes et facettes de leur vie à Nantes et dans les villes de Loire-Atlantique où ils se sont installés et se sont intégrés. De leur départ à leur arrivée, on est renseigné sur leur travail, leur logement, leur famille, les problèmes scolaires rencontrés, leurs activités sportives, leur alimentation, leurs pratiques religieuses, les liens qu'ils ont conservés avec leur pays d'origine.

Sur le personnage d'origine bretonne, on ne sait rien : rien sur son départ, sur son arrivée, rien sur son travail, son logement, sa famille, ses problèmes scolaires, rien sur ses activités sportives, son alimentation, ses liens avec sa famille. Pourquoi cet oubli ? Il me semble confirmer l'hypothèse provocatrice que j'évoquais plus haut.

Mais de façon surprenante, concernant ce personnage, on n'est renseigné que sur un sujet, ses pratiques religieuses en langue bretonne ! Alors qu'on aurait pu l'être sur ses pratiques sportives et sa participation aux équipes de football, ses pratiques alimentaires et ses restaurants crêperies. Non, on est renseigné sur le pardon de Sainte-Anne, patronne religieuse des Bretons, organisé à Chantenay. Le poster est illustré par des documents en breton comme un texte de sermon et un jeu liturgique. Histoire de jeter à nouveau l'anathème sur la langue bretonne, langue conservée un temps par les curés et peut-être sauvée de ce fait (5).

Une exposition qui se voulait xénophile mais qui est devenue xénophobe

Si les concepteurs de cette exposition s'étaient contentés des huit « Nantais venus d'ailleurs », vrais étrangers, car venus d'autres pays, d'autres nations, l'ensemble des objets, des illustrations qu'ils ont récolté auraient fait une exposition intéressante et xénophile. Ainsi, les éclairages portés sur l'accueil et le rejet par les populations locales, sur les engagements des étrangers et sur le dialogue des cultures sont intéressants. Mais l'ajout du Français-Breton Kervarec en fait une exposition xénophobe.

On n'arrive pas à comprendre comment le Musée d'Histoire de Nantes en est arrivé à commettre des telles erreurs.

Par incompétence scientifique des personnes en charge du projet? Combien d'expositions ont-elles déjà montées ? Quelles formations muséologique et historique ont-elles reçues ? Quelles recherches muséologique et historique ont-elles effectuées ?

Par docilité politique ? Ces personnes ont-elles reçu de la part du pouvoir politique « ligérien » des injonctions ? Bel exemple alors de la dépendance des muséologues et des historiens au pouvoir des « princes » les conduisant à produire de la fausse science historique et sociologique. Ce n'est pas sans rappeler le précédent lyssenkiste (6) dans les républiques socialistes soviétiques !

Mais il est clair que dans le contexte politique de la réunification de la Bretagne, la bataille idéologique est lancée sur le terrain culturel. Cette exposition en est une illustration.


Yves-François Le Coadic


Notes

(1) en neuf langues : Mais, pas en breton, alors qu'il y a pourtant un Breton présenté comme étranger dans l'exposition.

(2) Quimperlé : Ville de Cornouaille bretonne ou de Finistère français située entre Quimper et Lorient.

(3) Comme l'ont fait les Israéliens dans les territoires occupés en Palestine, en désarabisant.

(4) Encore une drôle de rencontre du socialisme français avec l'histoire !

(5) Faut-il rappeler qu'au Québec, la langue française était aussi la langue des curés et qu'elle a été ainsi sauvée.

(6) lyssenkiste : de Lyssenko, ingénieur agronome soviétique à l'origine d'une théorie génétique pseudo scientifique qu'il parvint à imposer en Union soviétique pendant la période stalinienne.


Note d'ABP : Les jeunes de l'UDB ont réalisé une vidéo de 6 minutes analysant et commentant cette exposition en images : (voir le site) qu'ils ont intitulée « À Nantes, les Bretons sont des étrangers ! ». Elle se trouve sur Youtube, signalée ici avec l'autorisation et même le souhait qu'elle le soit, de Y.-F. Le Coadic.


Note ABP : Pour compléter sur le sujet voir deux autres communiqués parus :

– ( voir l'article ) du 26 juillet : Château des ducs de Bretagne : Une exposition “révisionniste” ?

– ( voir l'article ) du 3 octobre : Lettre ouverte [de Bretagne Réunie] au président de Nantes Culture et Patrimoine : Les Bretons seraient des étrangers à Nantes ?

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1814 lectures.
Correspondante ABP depuis février 2007.
Voir tous les articles de de Maryvonne Cadiou
Vos 12 commentaires
Yann Vleiz Ar C'hunff Le Mardi 25 octobre 2011 11:14
Le révisionnisme anti-breton du PS est encore ici mis en évidence!!! Au premier tour des présidentielles je voterai Eva Joly, la seule à soutenir notre cause, celle des peuples!!!
(0) 

Sylvain Fourmi Le Mardi 25 octobre 2011 12:44
Le communiqué de l'ABP laisse penser que cet article est retrouvable ailleurs... où ? Sinon c'est très intéressant comme sujet, dommage que la critique de cette exposition n'est été visible principalement que sur ce site qui laisse beaucoup de place à des commentaires très limites sur "l'identité bretonne menacée par les jacobins alliés objectifs des pro immigration pour détruire notre identité " ..... qui montre bien ce qui gêne le plus les militants bretons fréquentant ce site...
(0) 

Léon-Paul Creton Le Mardi 25 octobre 2011 16:44
Peut-être faudrait-il attendre un peu, Yann Vleiz Ar C'hunff ! Non?
Pour moi de toute façon je suis convaincu _à 99,99%_ qu' Éva Joly et tous les joyeux drilles d'EELV, seront les fermes alliés de ce PS révisionniste anti-breton au deuxième tour...Et pas seulement de lui seul!
Avec cette certitude vous admettrez que le premier tour ne vaut peur-être pas le détour... Les madones et Jehanne d'Arc, j'en ai un petit peu soupé!
(0) 

Yann Le Bleiz Le Mardi 25 octobre 2011 17:23
Autre oeuvre du PSF en Bretagne...
Dans l'exposition "Soyons Fouilles" dédiée à l'archéologie sur le terrictoire breton, une exposition de très grande qualité (c'est important de le reconnaître comme la présence de bornes audio en Breton), un petit panneau très en contraste avec le reste de l'exposition se distingue et présente le royaume et duché de Bretagne en ces termes :
"10ème siècle, l'empire caroligien s'effondre, le pouvoir se concentre aux mains de quelques grandes familles. Les comptes de Rennes prennent le titre de duc de Bretagne peu avant l'an mille. Ils perdent progressivent leur autonomie et le duché passe sous domination anglo-normande au milieu du 11ème siècle. Le roi de France en reprend le contrôle et place en 1213 un de ses cousins sur le trône ducal. Paradoxalement la nouvelle dynastie s'efforce dès lors de mettre en place une administration automne. La Bretagne devient à la fin du 14ème siècle un véritable état, disposant de ses institutions, de son armée et frappant monnaie d'or. Cette quasi-indépendance prend fin en 1491, lorque la France vient à bout en cinq ans de la résistance du duché. En 1532, la Bretagne est définitivement rattachée à la Couronne de France."
Exposition "SOYONS FOUILLES"
Conseil général des Côtes d'Armor, Communauté d'Agglomération Rennes Métropole, Institut national de recherches archéologiques préventives.
(Je passe sur l'explication quasi innexistante de la Bretagne du 5ème au 10ème siècle, idem pour la période 16-18ème siècle, et les traditionnelles et nombreuses cartes B4)...
13 siècle d'histoire bretonne de Bretagne = un demi-panneau (Nantes exclue, off course!).
(0) 

Laurent G Le Mercredi 26 octobre 2011 10:04
A noter que le musée de Bretagne à Rennes lance une collecte en vue de la réalisation d'une exposition intitulée "Migrations bretonnes, Migrations en Bretagne"...
(0) 

J-Luc Le Floc'h Le Mercredi 26 octobre 2011 11:15
@Sylvain Fourmi
Je ne sais ce que vous insinuez en citant un hypothétique commentaire qui ne figure pas en amont du vôtre.
Ce que je sais, c’est que ceux qui ont joué avec le feu de l’identité française (Raymond Barre, Nicolas Sarkozy) ont dû sortir rapidement du bourbier dans lequel ils s’étaient mis tout seul ! Prudence donc, avec ce terme d’identité, très utile et opérationnel chez les psys, moins clair et beaucoup plus flou chez les sociologues.
Tentez quand même cette expérience : essayez de faire dire à un non-Breton qu’il est Breton. A l’inverse, essayez de faire dire à un Breton qu’il n’est pas Breton - cela marche aussi au féminin, bien sûr - . Je vous souhaite Bon Courage ! Il y a donc bien quelque chose à considérer, quelque chose de palpable, même si cela est quasiment indéfinissable (peut-être est-ce là affaire d’écrivain ?).
Contrairement à ce que vous semblez alléguer (ou sous-entendre), je pense que la Bretagne est une terre d’ouverture, qui exige d’être considérée pour ce qu’elle est – c’est bien le moins – mais qui, par vocation millénaire, est ouverte sur l’extérieur. Et cela, remarquablement.
(0) 

Yann Le Bleiz Le Mercredi 26 octobre 2011 14:03
@ Sylvain Fourmi
Désolé, je n'avais pas vu votre commentaire.
Une chose est sûr ce ne sont pas les militants bretons qui ont un problème avec la signature des textes sur les droits de l'homme...
Enfin...les droits de l'homme, ça aussi c'est faf!!! N'est-ce pas Sylvain!
(0) 

Maryvonne Cadiou Le Jeudi 27 octobre 2011 18:47
@ Sylvain Fourmi (2e commentaire)
Vous avez raison pour le ailleurs. ABP a eu la primeur de ce texte, avant qu'il soit envoyé au président de Nantes Culture et Patrimoine, à l'instar de http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=23346 sur ABP par Bretagne Réunie, aux conservateurs du musée du château des ducs de Bretagne et à d'autres destinataires sans doute, comme à la presse papier du 44 en courrier des lecteurs.
(0) 

François Martin Le Vendredi 28 octobre 2011 15:42
"Autant dire, ajoute ABP, une fine analyse de connaisseur de la science muséale doublée de celle d'un historien partisan de la réunification de la Bretagne... "
Le fait de mentionner qu'il est partisan de la réunification discrédite tout ce qui a pu être précisé avant sur son "sérieux". Et par là-même fait douter de l'objectivité de son analyse.
Pour avoir une analyse neutre sur la question, il aurait fallu connaître l'avis d'un spécialiste qui ne soit proche ni des institutions "ligériennes", ni des partisans de la réunification.
Enfin, je dis ça, je dis rien.
(0) 

Hauet Anita Le Mercredi 2 novembre 2011 13:14
Il est bien connu qu'à la mairie de Nantes se trouvent de nombreux "anti-bretons". c'est effectivement regrettable.
(0) 

Didier BOGARD Le Vendredi 4 novembre 2011 11:48
l nous faut bien marquer chaque jour auprès du public et des médias notre attachement aux symboles de notre Bretagne à Nantes.
La République française (nos passeports présentent une carte de la Ligérie), la Région (et même depuis peu le Conseil Général) ont intensifié depuis quelques années leur politique de ligérianisation de NANTES dans l'objectif d’effacer l’identité bretonne de la ville,
Le nom même de Bretagne disparait chaque jour de Nantes : par exemple on voit en Loire Atlantique, les agences de la Banque de Bretagne vont se transformer en BNP Paribas, c’est notre présence Bretonne à Nantes qui est attaquée.
L’entité ligérienne, dépourvue de toute forme d’unité géographique ou historique n’hésite pas à transformer l'histoire et les lieux bretons de Loire Atlantique pour tenter d’apparaitre légitime.
Les lycéens mangent chaque jour dans les cantines sur de plateaux représentant les pays de la Loire.
Affirmons-sans relâche que les ligériens sont assimilables à des colons venus d'ailleurs (à l’image de l’expo « Nantais venus d’ailleurs ») , qu'ils sont culturellement étrangers en Loire Atlantique.
(0) 

fanch botcarn Le Lundi 7 novembre 2011 11:19
savez vous qu'avant que napoléon ne créer les départements,la BRETAGNE descendait jusqu'au POITOU ????????????????
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 4 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons