Hollande : une victoire si prévue ?
Point de vue de Louis-Benoît Greffe

Publié le 15/10/11 21:55 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Tout ce que la France compte de sondeurs, d'auspices et de clients de cafés du commerce prévoit, pronostique et martèle depuis des mois la victoire de Hollande. Ce qui ne l'a pas empêché de se trouver en ballottage et sans conserver un écart marquant avec Mme Aubry.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Pour Hollande, la logique mathématique

Juste après le premier tour, dimanche, Ségolène Royal (6 % des voix), Valls (5 %) et Baylet (1 %) ont annoncé leur ralliement au candidat Hollande, crédité de près de 40 % des voix. Avec le ralliement personnel de Montebourg en fin de semaine, il peut se targuer d'avoir rassemblé quatre candidats sur cinq et la majorité des tendances du PS, donc il semble logiquement le mieux placé pour l'emporter.

Pour Aubry, la spécificité de l'élection

Mais l'on ferait erreur si l'on considérait ces ralliements comme une simple addition mathématique de voix. Si les électeurs de Valls et de Ségolène Royal voteront probablement pour Hollande, rien n'est moins sûr pour ceux de Montebourg, auxquels ce dernier n'a pas fait de consignes de vote.

A l'intérieur du PS, les militants qui ont voté Montebourg sont plutôt jeunes et marqués à gauche, donc relativement réticents à voter pour une candidate qui traine le pacte de Marrakech, qui n'est plus toute jeune et qui a compté sur le soutien des fabiusiens et strauss-khaniens, l'aile droite, « embourgeoisée » du parti.

Mais la véritable inconnue de l'élection est dans son ouverture au « peuple de gauche » En effet, sur plus de deux millions de votants, les militants ne pèsent que pour 10 % tout au plus (ils sont environ 200.000). Or l'on peut estimer que le peuple de gauche a été assez sensible aux candidats situés le plus à gauche, essentiellement Montebourg, puis Aubry qui s'est placée dans son sillage, notamment parce que la situation dégradée de la France après près de dix ans de droite crée un « fort besoin de solutions de gauche ». Donc tout reste possible pour la candidate nordiste.

Quoi qu'il en soit, la bataille commence juste

Quel que soit le ou la candidat(e) élu(e) dimanche, si il ou elle goûte aux délices de Capoue après son élection en pensant Sarkozy fini, la gauche n'est pas sortie de l'auberge. Certes, elle sera fixée, mais la droite aura aussi tout le temps de connaître son ennemi et d'essayer de le discréditer par tous les moyens. La bataille commence juste, et l'exécutif conscient de son impopularité a provisionné depuis 2009 des centaines de millions d'euros de communication (les fameux "vaseux communicants" épinglés par le Canard de cette semaine) afin de faire comprendre à tous les peuples de France, Bretons y compris, que blanc est noir et noir est blanc, et peut-être même qu'il n'y a jamais eu d'incidents au Cross Corsen, au Guilvinec, et ailleurs. Les criailleries intérieures au PS de la semaine dernière ont montré que malheureusement, en France, la bêtise est le « bon sens » politique le mieux partagé. Alors haut les coeurs et rendez-vous sur ABP !


Louis Bouveron

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.
Vos 1 commentaires
  Léon-Paul Creton
  le Dimanche 16 octobre 2011 10:30

"Alors haut les cœurs et rendez-vous sur ABP ! "
Que voulez-vous dire ou proposer par cette invite? Le "bon sens près de chez nous"?
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.