Le clocher de Saint-Gildas encadré par des éoliennes ?
Communiqué de presse de SPPEF - délégation Loire-Atlantique

Publié le 24/01/13 17:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La Communauté de Communes du Pays de Pontchâteau – Saint Gildas des Bois a défini un périmètre de Zone de Développement Éolien entièrement situé dans le département de la Loire-Atlantique (Communes de Sévérac et Guenrouët) et représentant une surface de 122 hectares. Un projet d'implantation de quatre éoliennes de 2 MW chacune a été prévu entre le Rocher à la Vache, sur Sévérac, et le Cougou, sur Guenrouët. La production annuelle estimée est de 20 000 Mégawatts/heure, soit l'équivalent de la consommation électrique hors chauffage de 8 000 foyers. Le permis de construire des quatre éoliennes a été délivré en novembre 2011, est détenu par la société « sites à watt développement ». Le conseil municipal de Blain doit rendre un avis consultatif sur la question jeudi.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection du Patrimoine et de l'Esthétique de la France), association qui se bat depuis 1901 pour la sauvegarde du patrimoine architectural et paysager français et est reconnue d'utilité publique depuis 1968, je souhaite appeler à la vigilance. En effet, ce projet risque d'altérer les paysages actuellement dominés par la belle flèche de l'abbatiale de Saint-Gildas, miraculée de la dernière guerre.

Les 4 éoliennes seront implantées ainsi : deux autour du site mégalithique et de la chapelle du Rocher à la Vache, deux face au Cougou. Résultat : le clocher risque d'être encadré par les éoliennes, et on le verra ainsi depuis toutes les routes qui rejoignent Saint-Gildas par le sud (RD771, RD2) et de la voie ferrée. Belle carte postale, vraiment ! L'association qui porte le projet, Eoliennes en Pays de Vilaine, a produit des études paysagères qui écartent le risque de covisibilité, un ressaut se trouvant entre le parc et Saint-Gildas, mais, les pales devant être perchées à 100 m de haut, l'argument peut être écarté. Par ailleurs, le clocher de Sévérac sera, lui, encadré par les éoliennes, comme la chapelle du Cougou.

Le développement des parcs éoliens – dont un projet est prévu à Issé (Beaumonts) et un autre près de la forêt de Domnesche (Saint-Aubin) rend inutiles les périmètres classiques de protection des monuments historiques et oblige à étendre la protection au cadre paysager. Certes, la Loire-Atlantique, comme le reste de la Bretagne a la chance de ne pas avoir de centrale nucléaire, mais faut-il sacrifier nos paysages à ce qui semble être un nouveau dogme d'Etat ? Les éoliennes doivent-elles devenir les éléments marquant des paysages, au détriment du relief naturel et des flèches de nos villages ? A vous de juger.

Louis-Benoît GREFFE, délégué 44 de la SPPEF. (voir le site)

Les données de fond et les cartes (du parc, des points qui ont servi à l'étude paysagère produite par le soumissionnaire) sont disponibles ici (voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.
Vos 1 commentaires
  Yves Bourriaud
  le Jeudi 24 janvier 2013 20:31
Il y a d'autres priorités à faire dans ce secteur de Pont-Château - Saint Gildas Des Bois; tout d'abord l'assainissement collectif(47% pas aux normes), l'ADSL (en zone non dégroupée bas débit) et ne serait-ce l'identité bretonne auquel André Trillard, Bernard Clouet et Véronique Moyon y sont opposés(UMP).
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.