Tudjentil Breizh réclame au maire de Nantes les clefs du Château des Ducs de Bretagne
Communiqué de presse de Tudjentil Breizh

Publié le 8/06/11 13:58 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Nous, descendants des vieilles familles bretonnes qui servirent fidèlement les Ducs de Bretagne pendant de nombreux siècles, réunis au sein de l'association Tudjentil Breizh (association de la Noblesse Bretonne) :

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

– constatant au fil des ans la perte de l'identité bretonne du Château de nos Ducs au profit d'une nouvelle identité ligérienne forgée artificiellement par l’État fantoche ligérien et la Mairie de Nantes à grands coups de campagnes publicitaires ayant pour finalité de situer le Pays Nantais dans le site du Val de Loire classé par l'UNESCO et d'intégrer le château des Ducs de Bretagne dans les châteaux de la Loire !

– constatant que la Mairie de Nantes a manqué en août dernier, dans ce lieu historique, aux règles les plus élémentaires d'accueil et d'hospitalité lors de l'arrivée du millier de pèlerins bretons du Tro-Breiz : fouille humiliante à l'entrée du château par des agents de la sécurité ligérienne, chargés par ailleurs d'interdire tout déploiement du drapeau breton sur les remparts. ( voir l'article ) et ( voir l'article )


Réclamons en conséquence au nom du peuple breton la remise des clés du Château par le Maire de Nantes le 18 Juin prochain à 11 heures (matin de la Manif) devant la statue (face à l'entrée du Château) de notre dernière duchesse régnante Anne de Bretagne.


Demandons à tous nos membres et sympathisants de venir à ce rassemblement à 11 heures puis de se joindre sous notre bannière à la Manif qui aura lieu l'après-midi à Nantes.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 3135 lectures.
Jeune association créée en 2004, Tudjentil Breizh (Association de la Noblesse Bretonne /ANB) s'est fixée deux missions :
- Promouvoir et mettre en pratique les valeurs de la noblesse chevaleresque par des actions concrètes.
- Contribuer au développement de la langue bretonne, au rayonnement de la culture bretonne et à la diffusion de l'Histoire de Bretagne.
Vos 14 commentaires
  Bernard Guyader
  le Mercredi 8 juin 2011 21:15
Demat ...Quelque soit nos origines ( je suis descendant de manants bretons !) et devant la situation de notre pays et de nos langues ( mort clinique pour le gallo et mort sociale pour le breton!) ..devant la médiocrité du jacobinisme français devenu parisianisme ... quelque soit nos origines sociales ou géographiques ( excepté la française , biensûr !!) ... marquons notre révolte devant le présent et l'avenir qui nous sont réservés au sein de cette entité qui est l'état français ..la disparition . B.G.
(0) 
  noblañs 2.0
  le Mercredi 8 juin 2011 21:25
Bien dit ! Voilà un projet émancipateur qui avait échappé aux bretons : la restauration ducale !
C'est vrai, ce n'est quand même pas normal de payer la gabelle alors que notre pays a un comportement loyal envers la couronne de France et que la fine fleur de notre chevalerie combat noblement le sarrasin en Afghanistan et le sauvage dans les contrées reculées de Cotes D'ivoire.
Ce n'est pas non plus normal que le meilleur sang de notre peuple soit contraint de vivre sur des propriétés à peine plus grande qu'un malheureux hectare. De quoi entretenir une poignée seulement de domestiques en chèques emploi-service. Scandaleux
Allez, fini de rire, le 18 juin il y aura aussi des gens qui se battent pour une Bretagne libre, réunifiée, et débarassée de tous ces fossiles pré-révolutionnaires.
(0) 
  marc patay
  le Jeudi 9 juin 2011 13:46
La noblesse de coeur et l'esprit chevaleresque ne sont pas des qualitées qui s'héritent, par contre la prétention et la suffisance à de beaux jours encore, apparemment ! , Un humoriste disait à quelqu'un qui lui reprochait de toujours parler d'argent et non d'honneur (de noblesse), chacun parle de ce qui lui manque ...
(0) 
  Yann Le Bleiz
  le Jeudi 9 juin 2011 20:46
Les anciens nobles en Bretagne comme en Europe font parti du patrimoine. Les autres pays européens s'en servent d'ailleurs pour communiquer à l'internationnal et vendre des journaux.
Il n'y a pas plus de problème que l'existance de monarchies parlementaires qui sont en Europe infiniment plus démocratique cette république, que justement nombre d'Européens qualifie de "Monarchique".
Une république qui a supprimé les institutions bretons et le droit d'exister au peuple breton, qui a tué un roi pour le remplacer par un empereur, puis par un roi, puis par un autre empereur (1er président en 1871, pour fini à la version hyper monarchique que nous connaissons aujourd'hui)
Alors, si les nobles bretons défendent la Bretagne, pourquoi pas, ce sont des citoyens comme les autres!
(0) 
  Yannig Bichon
  le Vendredi 10 juin 2011 09:19
N'oublions pas que le soldat breton ne devait pas servir la France pour quelque cause que ce soit, sauf en cas d'extrême nécessité, et en accord avec les Etats de Bretagne.
Mais quoi qu'il en soit, la France n'a pas respecté la parole qu'elle avait elle même engagée, donc, elle aurait dû évacuer la Bretagne, sans jamais y prétendre de nouveau, suite à la rupture logique que les violations ont entraînée...
(0) 
  pierre pétillon
  le Vendredi 10 juin 2011 16:57
Autant demander l'autogestion de notre pays plutôt que seulement les clefs du château ducal ! Vous croyez que les héxagonaux vont accepter l'une ou l'autre de ces demandes ???
Rappelons qu'historiquement nos noblions bretons ont toujours (enfin depuis la fin de l'indépendance, fin de la monarchie bretonne régalienne devrait-on dire) hésité entre parti breton et français... Ce qui a conduit, grace à la contrainte militaire et la corruption des élites nobles et bourgeoises, à la signature de ce malhuereux traîté dit d'Union, qui juridiquement parlant devrait-être caduc du fait de son non respect par l'une des parties...
(0) 
  Louis Le Bras
  le Vendredi 10 juin 2011 20:43
Je trouve que les mouvements bretons (au sens large) se réveillent bien tard par rapport à l'utilisation faite actuellement du Château des Ducs de Bretagne.
Le mouvement breton est d'une exceptionnelle lenteur et mollesse par rapport à cet ensemble d'agressions caractérisés au patrimoine breton et à l'honnêteté intellectuelle (et universelle celle-là, pas bretonne). La récupération faite du Château des Ducs de Bretagne et les diverses polémiques (Tro Breizh, Val-de-Loire) qui se succédent témoignent d'un sacré cynisme de la part de Jean-Marc Ayrault et ses valets.
Je me rappelle encore d'un communiqué de Bretagne Réunie qui saluait le nouveau Château version Ayrault, alors qu'à l'évidence le décor négationniste franco-ligérien était largement planté.
(0) 
  Ar gwir a-enep ar Bed
  le Vendredi 10 juin 2011 21:33
à Noblañs 2.0
TUDJENTIL BREIZH n'est pas une association rassemblant uniquement des nobles bretons. Sans doute ce communiqué est-il maladroit sur ce point.
En réalité il regroupe des nobles bretons ET AUSSI des personnes non nobles comme votre serviteur.
Pour moi, suivre les valeurs de la chevalerie - toutes chrétiennes d'ailleurs - a du sens, et particulièrement lorsque l'on choisit un engagement pour les revendications bretonnes : "ar gwir a-enep ar bed" (le droit contre le monde). Il y a, je l'admet quelque chose de Don Quichotte dans cette démarche, mais allez plus loin :
le Credo UDB-en a vécu, même s'il essaye de se refaire une virginité en passant des alliances écologistes.
Ce que je veux dire, c'est que la revendication bretonne a besoin d'un véritable PROJET DE SOCIETE, un projet qui doit nécessairement être bien différent de la société française en place. L'élément écologiste est juste, mais il faut à mon avis aborder la question centrale du don de soi, d'une société basée sur les valeurs - chrétiennes, historiquement - de l'attention à l'autre, au service, à la défence du pauvre, de la veuve et de l'orphelin, bref appeler PERSONELEMENT à plus de générosité.
La Bretagne à ce prix vaut largement le coup d'être relevée car en se battant pour elle on entre dans une conversion personnelle qui peut donner beaucoup de fruits. Comment croyez vous que je sois venu à "la cause" bretonne" ? De manière déterminante parce que j'y ai rencontré des âmes nobles.
(0) 
  Léon-Paul Creton
  le Samedi 11 juin 2011 15:36
Certaines réactions contre cet article et donc contre ceux qui s’y expriment, me semblent totalement conditionnées d’abord par la propagande révolutionnaire de 1789 prolongée par le matraquage de l’école obligatoire, centralisatrice et jacobine de Jules Ferry à nos jours.
Je n'ai pas fait d’études particulières sur les relations entre la noblesse bretonne et la paysannerie et autres corporations bretonnes ( :0)), pourtant il ne m’a pas paru au travers de quelques lectures, que ces relations aient été si mauvaises entre ces « classes », qui étaient le plus souvent de même origine notamment en Bretagne de langue bretonne. En haute Bretagne l’influence prédatrice franque faisant sentir son influence plus fortement, avec des Monfort, Rohan, Dreux et autres…Puis surtout à partir 1532, la pression de toute la valetaille nobliarde d’occupation administrative…
À mon avis l’éclairage d’historiens serait le bienvenu, concernant les cahiers de doléances ainsi que les pratiques, les us et coutumes, les droits coutumiers et toutes formes de contrats qui existaient entre ces Bretons ».
Les Bretons avaient-ils les mêmes raisons d’en vouloir à leur noblesse. Ou lobotomisés, nous ne les voyons qu’avec les lunettes des terroristes parisiens de 89 ? Ces braves petits pères des peuples de l’hexagone.
Dans le combat breton je considère que le noble breton convaincu de la nécessité de s’opposer à la stérilisation de la Bretagne par l’état français et qui s’en réclame, est un acteur presque comme un autre, une certaine mémoire en plus ! De toute manière c’est un Breton comme un autre, certainement pas moins légitime !!! Il n'y a pas un Breton de trop!
(0) 
  Michel Prigent
  le Dimanche 12 juin 2011 06:29
L.P.Creton a raison d'affirmer que "la lutte des classes" entre la noblesse et les paysans n'existait pas en Bretagne, d'ailleurs bien des nobles étaient aussi pauvres que le peuple. Un dicton populaire exprimait assez bien cette notion de respect consensuel entre-eux: "Tous les bretons sont rois".
C'est la bourgeoisie appuyée par des aristocrates fortunés (De Noailles, Duc d'Aiguillon...) gagnée par les idées nouvelles mais aussi par le pouvoir de l'argent et profittant du boycot des nobles bretons à l'assemblée (querelle de quota de représentativité au parlement breton) qui décrètera "la fin de privilèges".
En fait, ce fût surtout une victoire du pouvoir parisien sur les "Provinces", comme la décrit le site "hérodote.net".
" A posteriori, la Nuit du 4 Août n'apparaît pas seulement comme une splendide victoire de l'égalité. C'est aussi une nouvelle avancée du centralisme administratif sur les us et coutumes locaux : en-dehors de la norme reconnue à Paris, il n'y a plus de légitimité."
(0) 
  Léon-Paul Creton
  le Dimanche 12 juin 2011 11:52
Michel Prigent, il y une masse de Bretons fière de son identité mais qui est atteinte de ce que j’appelle « le Syndrome du Colonel Nicholson ». Ils pourraient dans une prise de conscience subite, une illumination soudaine, donner beaucoup d’air à leur pays (la Bretagne), avoir le contrôle et faire les choix de ses développements économiques, politiques, culturelles et … Énergétiques !!! Et tant d’autres encore…
Les peuples de France et de la planète ne sont pas dispensés de l’imaginer pour eux-mêmes !
Le Syndrome du Colonel Nicholson ??? Eh bien c’est une interprétation personnelle d’une "pathologie" mise en évidence dans le roman de Pierre Boulle et son adaptation dans un film, « Le Pont de la rivière Kwaï ». C’est un aveuglement qui enferme ce C. Nicholson dans une volonté de démontrer aux Japonais _dont lui et ses soldats sont prisonniers_ qu'il le fera mieux qu'eux et qui veulent un pont solide pour faire franchir cette rivière Kwaï aux convois qui transporteront leurs troupes et matériels. C.Nicholson persuade le Colonel Saïto, qui bien entendu le laisse faire… sous sa poigne de fer.
Effectivement le C.Nicholson et ses hommes le construiront bien mieux que les « Japs » et il met tout en œuvre pour ce faire, les connaissances techniques, sa discipline, son patriotisme mal placé, ses hommes, pour édifier ce pont, qui devient une véritable obsession, son « Chef-d’œuvre »… Jusqu’au jour ou il découvre le commando britannique, leurs intentions, leur mission de détruire ce pont stratégique…Puis leurs cadavres… et là il retrouve la raison, la désespérance face à ses errements, ses prétentions et orgueil d’individu qui l’ont éloigné de l’essentiel des enjeux de cette guerre, des objectifs à atteindre opposé à son engagement de combattant..
Et cette sidération au moment de sa mort, certainement l’affreux sentiment d’avoir trahi les siens…et son pays…
Tous n’atteindront pas ce stade en Bretagne. Ils mourront satisfaits de leurs…palmarès, voire même d’un accomplissement personnel.
Nous avons tant de C.Nicholson en Bretagne, nous savons qui sont nos « Japs » et nos C.Saïto ; Le Pont sur la rivière de l’Oubli est toujours en construction, les petits soldats disciplinés l’assemble toujours …et les petits commandos désorganisés supputent et tournent en rond.
Le pont de Kwaï est aussi un chemin de Damas! Le Pont de l’Oubli en est également un !Mais apparemment peu tombent de leur monture et retrouvent la vision.
(0) 
  Michel prigent
  le Lundi 13 juin 2011 04:34
L.P.Creton, c'est une excellente analyse de la vassalisation masochiste du peuple breton que vous nous décrivez-là.
Ajoutez-y le syndrome de Stockolm et nous ne sommes pas loin de l'esclave remerciant son "bon maître".
(0) 
  Léon-Paul Creton
  le Lundi 13 juin 2011 11:05
Michel Prigent, Stockolm est effectivement un excellent syndrome qui a toute première place dans la pathologie bretonne.
Puisque que nous écrivons sur un article de Tudjentil Breihz, je rappelle qu'Alec Guinness qui incarnait le Colonel Nicholson fut anobli par la reine d'Angleterre, pour l'ensemble de son œuvre. Heureusement, ce n'est pas le C.Nicholson qui le fût.
Par contre des Nicholson breton doivent bien avoir la légion d'honneur, être aussi grand croix ou chevalier... Ar Gwez Klin n'eo ket marv.
(0) 
  Dider Gwinle
  le Mardi 14 juin 2011 23:35
Je serai là!
Ce maire détruit notre patrimoine, ou le vend à nos voisins (le musée des arts populaires). rendez nous les clefs! ou notre meilleure défense sera l'attaque. La bretagne a besoin d'un souverain, véritable symbole vivant pour le peuple, et légitime représentant de cette terre bretonne, sacrée.
rak breizhidi holl tud jentil..! erfin tost pe dost.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.